TOUS LES ARTICLES

Elvire Bonduelle

Elvire Bonduelle

Artiste

www.elvirebonduelle.com

Elvire Bonduelle est diplômée de l'Ecole des Beaux-arts de Paris en 2005. Elle vit à Paris et elle travaille et expose en France et à l'étranger. Elvire Bonduelle revendique le joli, l’esthétique sans abandonner le propos et le concept qu’elle transmet toujours avec une pointe d’humour et d’ironie. Elle propose, dans ses œuvres, une autre vision du monde en décalant son point de vue, comme dans « Le Meilleur Monde » un vrai-faux numéro du quotidien Le Monde à l'identique, constitué uniquement de bonnes nouvelles .
  • Trois Cales

    Il y a 6 ans

    / Travaux

    • 1 - cales wdnwa 6
      cales wdnwa 6
    • 2 - cales wdnwa 5
      cales wdnwa 5
    • 3 - cales wdnwa 4
      cales wdnwa 4
    • + 4 media(s)
    Thème : Arts plastiques
  • The Rotating Painting Show - Par Domitille d'Orgeval

    Il y a 7 ans

    / Presse / The Rotating Painting Show

    Les «  Peintures rotatives  » d’Elvire Bonduelle ont pour point de départ un motif visuel aussi simple et factuel que possible  : la ligne courbe que dessine un rideau se détachant dans le rectangle d’une fenêtre. De cette vision, l’artiste a tiré une série de dessins à la règle qui caractérisent une partie de sa production depuis quelques années. Puis, elle a extrait ce motif de son contexte initial pour le soumettre à un ensemble d’opérations qui ont conduit à des peintures abstraites hard edge, dans la filiation assumée du maître du genre, Ellsworth Kelly. Le résultat est d’une grande efficacité visuelle  : l’œil se perd dans l’abîme du noir, tandis que le blanc le ramène à la surface de l’oeuvre. L’artiste a vérifié l’impact de ce contraste saisissant à travers un ensemble de tableaux qui se singularisent par leur mode de présentation  : leur sort n’est pas d’être présentés immuablement alignés sur le mur blanc de la galerie mais plutôt d’être agencés sous des formes changeantes (diptyque, quadriptyque), chaque combinaison offrant au regard une vision différente. En effet, le galeriste, tel un performeur, est mandaté par l’artiste pour opérer une rotation de ses œuvres, de préférence à l’insu du spectateur, ceci tant pour le défier, tester sa capacité d’attention que pour laisser un doute s’immiscer.
    La farce qui se joue ici a également pour but d’amener le spectateur à réfléchir à ce qu’il voit, à exercer son regard. Une problématique déjà abordée par Elvire Bonduelle lors de sa précédente exposition chez Laurent Mueller, «  Salle d’attente III  », au cours de laquelle l’artiste remarquait : «  tout est là : bien souvent, nous ne voyons rien. Nous forçons notre regard, à vouloir voir absolument, là, maintenant, en trois minutes, en trente secondes. » Là ne s’arrête cependant pas le propos d’Elvire Bonduelle comme en témoignent d’autres peintures rotatives qui délaissent l’esthétique hard edge   mais qui reprennent également des motifs courbes extraits du réel. Ces œuvres donnent à voir l’épuisement progressif de la peinture emportée par le pinceau sur la surface à peindre. Ce dernier est dirigé du bord supérieur de la toile vers son côté inférieur droit ou gauche, jusqu’à épuisement de la matière picturale. Puis il est de nouveau trempé et traîné pour reproduire le même geste.
    Les «  Peintures rotatives  » d’Elvire Bonduelle renouent sur un mode inédit avec les pratiques protocolaires de certains concrets, BMPT ou Support-Surface. Avec pertinence et humour, mais avec aussi cette fausse indolence qui la caractérise si bien, l’artiste suscite une réflexion sur la peinture, l’acte de peindre et les conditions de présentation des œuvres.
    Domitille d’Orgeval
    Les «  Peintures rotatives  » d’Elvire Bonduelle ont pour point de départ un motif visuel aussi simple et factuel que possible  : la ligne courbe que dessine un rideau se détachant dans le rectangle d’une fenêtre. De cette vision, l’artiste a tiré une série de dessins à la règle qui caractérisent une partie de sa production depuis quelques années. Puis, elle a extrait ce motif de son contexte initial pour le soumettre à un ensemble d’opérations qui ont conduit à des peintures abstraites hard edge, dans la filiation assumée du maître du genre, Ellsworth Kelly.

    Le résultat est d’une grande efficacité visuelle  : l’œil se perd dans l’abîme du noir, tandis que le blanc le ramène à la surface de l’oeuvre. L’artiste a vérifié l’impact de ce contraste saisissant à travers un ensemble de tableaux qui se singularisent par leur mode de présentation  : leur sort n’est pas d’être présentés immuablement alignés sur le mur blanc de la galerie mais plutôt d’être agencés sous des formes changeantes (diptyque, quadriptyque), chaque combinaison offrant au regard une vision différente.
    En effet, le galeriste, tel un performeur, est mandaté par l’artiste pour opérer une rotation de ses œuvres, de préférence à l’insu du spectateur, ceci tant pour le défier, tester sa capacité d’attention que pour laisser un doute s’immiscer. La farce qui se joue ici a également pour but d’amener le spectateur à réfléchir à ce qu’il voit, à exercer son regard. Une problématique déjà abordée par Elvire Bonduelle lors de sa précédente exposition chez Laurent Mueller, «  Salle d’attente III  », au cours de laquelle l’artiste remarquait : «  tout est là : bien souvent, nous ne voyons rien. Nous forçons notre regard, à vouloir voir absolument, là, maintenant, en trois minutes, en trente secondes. »

    Là ne s’arrête cependant pas le propos d’Elvire Bonduelle comme en témoignent d’autres peintures rotatives qui délaissent l’esthétique hard edge   mais qui reprennent également des motifs courbes extraits du réel. Ces œuvres donnent à voir l’épuisement progressif de la peinture emportée par le pinceau sur la surface à peindre. Ce dernier est dirigé du bord supérieur de la toile vers son côté inférieur droit ou gauche, jusqu’à épuisement de la matière picturale. Puis il est de nouveau trempé et traîné pour reproduire le même geste. Les «  Peintures rotatives  » d’Elvire Bonduelle renouent sur un mode inédit avec les pratiques protocolaires de certains concrets, BMPT ou Support-Surface. Avec pertinence et humour, mais avec aussi cette fausse indolence qui la caractérise si bien, l’artiste suscite une réflexion sur la peinture, l’acte de peindre et les conditions de présentation des œuvres.

    Domitille d’Orgeval
    Suite
    Thème : Arts plastiques
  • Waiting room #4

    Il y a 6 ans

    / Travaux

    Thème : Arts plastiques
  • Thème : Arts plastiques
  • DIY War Cars

    Il y a 6 ans

    / Travaux

    • 1 - DIY War Cars 2
      DIY War Cars 2
    • 2 - DIY War Cars 3
      DIY War Cars 3
    • 3 - DIY War Cars 6
      DIY War Cars 6
    • + 9 media(s)
    Thème : Arts plastiques
    • 1 - mém vide immanence 2
      mém vide immanence 2
    • 2 - mém vide immanence
      mém vide immanence
    • 3 - biblio 2
      biblio 2
    • + 10 media(s)
    Thème : Arts plastiques
  • Les Cales

    Il y a 7 ans

    / Travaux

    • 1 - cale multiple onestar press
      cale multiple onestar press
    • 2 - cales recad
      cales recad
    • 3 - cales recad detail 2
      cales recad detail 2
    • + 10 media(s)
    Thème : Arts plastiques
    • 1 - faithopeace3
      faithopeace3
    • 2 - elvire009
      elvire009
    • 3 - elvire016
      elvire016
    • + 7 media(s)
    Thème : Arts plastiques
    • 1 - Breathe In Breathe Out 6
      Breathe In Breathe Out 6
    • 2 - Breathe In Breathe Out 5
      Breathe In Breathe Out 5
    • 3 - Breathe In Breathe Out 4
      Breathe In Breathe Out 4
    • + 8 media(s)
    Thème : Arts plastiques
  • Race and Rest

    Il y a 7 ans

    / Travaux

    • 1 - cushion_1
      cushion_1
    • 2 - cushion_2
      cushion_2
    • 3 - cushion
      cushion
    • + 11 media(s)
    Thème : Arts plastiques