TOUS LES ARTICLES

    • 1 - _1080717
      _1080717
    • 2 - _1080584
      _1080584
    • 3 - _1080692
      _1080692
    • + 8 media(s)
    NUIT BLANCHE / NUIT NOIRE
    Le collectif Trublion* (nouvelles luteries) invite Aurore Laloy & Vincent Hindson (duo voix saxophone Incendi(r)e) pour une performance de poésie sauvage, venir équipé d'une lampe frontale et d'un sac à dos (avec à boire, à manger, à partager) Samedi 1er octobre 2016 à 20h à l'Inspection Générale des Carrières à Paris 14ème, métro Denfert-Rochereau.

    >>> Quelques extraits de la perf' à visionner ici : https://vimeo.com/191010923

    NUIT BLANCHE / NUIT NOIRE / NUIT BLEUE / NUIT ROUGE / NUIT OR / NUIT DEHORS

    Chut c'est un secret
    Le concert a lieu dans un endroit caché
    Poésie et instruments anciens motorisés
    Je n'ai pas le droit de vous dire où
    C'est très dangereux
    Il aura lieu entre chien et loup

    Chut c'est un secret
    Ne vous inquiétez pas je ne suis plus contagieuse
    Seule ma voix est encore fébrile
    Mais qui parvient à rester sain
    Dans ce monde déjà totalement malade

    Chut c'est un secret
    A l'heure des bains de neuve lune
    Faisons feu couchant de toute blanche nuit
    Profitons-en pour rester des enfants
    Archanges de rêves éveillants

    Droguons-nous aux grogs-anti-rhume
    Laissons-nous pousser une torche sur le front
    Au centre de l'oeil pinéal
    Et dévalons Paris à vélo depuis Pigalle
    jusqu'à Denfert où nous attend le Paradis vers 20h  

    Promesse de dérision et de décloisonnement
    De tous les mâles tendus
    Venons avec tous nos potes poètes dans les poches
    Ce soir : la nuit d'amour se paye en rimes
    Elle finira au Générateur qui sert ce soir d'écrin
    Aux chevaux écumants (pour moi vers 23h)  

    Extraits d'Exorcils de Notre Dame de Belleville, premier octobre 2016

    * Le collectif Trublion (Emilien, Jérémy, Fergus, Flax) met la technologie comme nouveau matériau au service des luthiers pour fabriquer des instruments de lutherie arrangée : http://www.trublion.org/
    Suite
    • 1 - IMG_5884
      IMG_5884
    • 2 - djinn
      djinn
    • 3 - IMG_5881
      IMG_5881
    • + 4 media(s)
    Quelques mots au sujet de l'objet sonore imaginé avec la 6èmeH du collège de Dulcie September à Arcueil en 2017.

    Les élèves de 4ème2 du collège Colette Besson à Paris ont relevé le défi de mettre en voix le poème Les Djinns, tiré des Orientales de Victor Hugo en imaginant une bande sonore créée entièrement à partir de leurs traductions du texte en Espagnol et en Allemand. Ce projet a été mené de manière à croiser plusieurs disciplines avec la complicité des professeurs de Musique, de Français, d'Espagnol et d'Allemand. Les quelques séances préalables à la captation sonore ont permis aux élèves d'expérimenter différentes techniques vocales dans l'objectif d'interroger la musicalité de la langue et la diction d'un texte. Nous avons crée un orchestre d'instruments vocaux, pour les germanophones les instruments "à vent", et pour les hispanophones de percussions pour composer l'objet sonore "L'essaim des Djinns de 4ème2 qui passe". Nous avons choisi la prise qui démarre par la sonnerie du collège pour montrer l'implication des élèves qui continuent à chanter sans être perturbés. L'objet sonore met en lumière que le travail collectif a bien fonctionné et surtout a pu être mené à son terme. Ce qui n'a pas été facile dans une classe malgré tout très agitée et dans laquelle il a été difficile d'enregistrer une version sans bruit parasite, commentaire ou rire. Une séance de restitution a eu lieu pendant laquelle les élèves ont écouté l'objet sonore et ont pu exprimer leur ressenti et partager leur experience concernant l'atelier en général ou ce que ça fait quand on découvre sa propre voix enregistrée.

    Voici les réponses des élèves aux questions :  
    Que pensez-vous de l'objet sonore ?
    - Je pense que l'objet sonore est génial.
    - L'objet sonore final est très beau malgré les bruits de fond produits par manque de concentration de notre classe. Le sens du poème a été respecté.
    - J'ai eu du mal à comprendre le fond du poème, mais le dire dans des langues differentes était intéressant.
    - Franchement, je n'ai pas d'avis à donner. Le projet m'est égal. Ca m'a surtout plu de perdre une heure de cours mais c'est tout.
    - J'aime beaucoup cet objet sonore malgré les bruits parasites. On aurait peut-être pu dire le poème en francais s'il y avait eu plus de concentration. Le poème grandit au fur et à mesure et je trouve que l'objet sonore reprend bien ça !  

    Qu'avez-vous appris pendant l'atelier ?

    - Ca m'a rien apporté mais j'ai rigolé.
    - Le but était d'être à l'écoute.
    - Je pense que l'atelier sert à nous faire oublier notre timidité.
    - Je n'ai pas très bien aimé quand on parle fort ou quand on fait des bruits forts et aigus.
    - Je n'ai rien compris.
    - La découverte de la beauté des chuintements en allemand et d'un orchestre-voix.

    Ecoutez l'objet sonore ici : https://padlet.com/Besson301/djinns
    Suite
  • Les élèves de 6ème H de la classe du collège Dulcie September à Arcueil ont eu la joie de laisser leur créativité d'écrivains en herbe s'exprimer en réalisant avec moi une fiction radiophonique en cinq épisodes. Ils ont inventé l'histoire d'une scientifique mi-femme mi-homme Béatrice Marcel Pharphelu qui libère par erreur des monstres et sème le chaos dans la ville d'Arcolis, ville verte et parfaite du futur. Un projet croisant plusieurs disciplines puisqu'ils ont amorcé les diverses facettes du travail de l'écriture en réflechissant aux villes utopiques avec la professeure d'histoire-géographie, qu'ils ont crée leurs personnages et écrit la fiction en classe de français puis ont interpreté vocalement, mis en musique, enregistré et monté les objets sonores avec le professeur de musique.

    J'ai suivi le projet et et les élèves sur toute l'année scolaire avec la complicité de Fanny Sabuco, ma partenaire de Labelle Ecole, plateforme d'enseignement et d'expérimentation par l'art à Anis Gras, le lieu de l'autre à Arcueil.

    La série radiophonique en 5 épisodes "Des extraordinaires aventures de Béatrice Marcelle Pharphelu" a été présentée par les élèves eux-mêmes à Anis Gras le 11 mai 2017.

    Crédit photo :  Julien Ruffet / Anis Gras / Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2017


    Le Service des Urgences Poétiques invente sur mesure des ateliers d’écriture / théâtre / contes / chant / poésie sonore / transmission des cultures orales car "Qui regarde à l'extérieur rêve, qui regarde à l'intérieur se réveille." Carl Gustav Jung   Contact pro et renseignements : aurorelaloy (arobase) gmail.com
    Suite
    • 1 - IMG_2079
      IMG_2079
    • 2 - table a lire dec 2016
      table a lire dec 2016
    • 3 - IMG_2071
      IMG_2071
    • + 7 media(s)
    TABLE À LIRE mercredi 7 décembre 2016.

    Voyage à bord de GRAND-MER. Invitation à baragouiner, de bara ("pain") et gwin ("vin") en breton, et à échanger sur nos origines, les vôtres, les miennes, les leurs. Où il a été question de transmission et d'oralité du patrimoine culturel par des lectures et autres jouissances de bouche, en cuisinant les recettes des îles de la Bretagne.

    Au menu : ATOR / ROTA / ORAT / TARO. Faut bien que j'y rajoute ma touche personnelle de tarologue.

    "Aurore, mais qu'est-ce que tu baragouines ?" me dit souvent ma grand-mère, marcheuse invetérée traversant quasi-quotidiennement les quatre ports de Lorient juste pour le plaisir d'entendre arriver le fileyeur, et se nourrissant exclusivement de far breton. 

    Pendant que cuit le far breton et qu'on prépare la soupe de poissons, se pratique à voix-haute la lecture de quelques extraits de livres de ma besace : Le brasier des ancêtres, poèmes populaires de la Bretagne, bilingue breton / français, Supplique à son éminence Le Pape réclamant le remplacement de la traduction du péché de "gourmandise" en "gloutonnerie" par feu Lionel Poilâne (et quelques complices gourmands, Irène Frain, Laure Adler, Alain Ducasse, ...), Comment une figue de paroles et pourquoi de Francis Ponge, Lointain intérieur d'Henri Michaux, Vers le Phare de Virginia Woolf, Ocean's songs d'Olivier de Kersauzon, Le poisson-scorpion de Nicolas Bouvier, L'industrie du sexe et du poisson pané d'Emmanuel Pierrat sur BO des soeurs Goadec et de Meredith Monk et une dernière lecture de Sylvia, enquête sur la forêt et l'origine du monde.

    Les discussions sur la bouche s'ouvrent sur la mer, les marins, la poésie, les voyages, la transmission, l'échange d'anecdotes, de coutumes léguées par les parents, les grands-parents, ceux qui ont fui la guerre, celles qui ont acheté des baskets bleues en arrivant en France, celle qui a la Bretagne comme pays d'adoption, ceux qui dansent la tradition, ceux qui la chantent avec un torchon et un sucre dedans, qui la racontent, qui la taisent, et la religion, toute anecdote est subitement pretexte à débattre, échanger sur nos origines, et ça c'est merveilleux ! J'en sais un peu moins sur la bretagne que ce que je savais en arrivant, mais j'ai appris une chanson serbe, des anecdotes d'Alger dans les années soixante, et une recette de Lisbonne ! Vive le transgénérationnel !

    La table à lire proposée par Le chemin des Arts à Anis Gras, est un parcours intergénérationnel de rencontre entre la littérature et les arts culinaires, une découverte d'écritures (romans, poésies, nouvelles, essais) et réalisation / dégustation de recettes inspirées de la « cuisine des écrivains ». Merci à Ilham, Gabrielle, Elise et toute l'équipe d'Anis Gras !

    Crédit photo : Thierry Weber
    Gabrielle Herault / Anis Gras / Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2016
    Suite
    • 1 - poesiedelorigine
      poesiedelorigine
    • 2 - photo
      photo
    • 3 - photo 2
      photo 2
    • + 17 media(s)
    Ce – Moir – est ce qui me reste de l'expérience d'écriture-performance Poésie de l’origine, en direct devant public. http://www.frasq.com/aurorelaloy/ 

    Ce – Moir – est ce qui me reste d’une exposition collective de polyptyques de dix femmes artistes
    Crédit photo © Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2015
    Suivez mes moirs aussi sur la zone d'autonomie virtuelle partagée qu'est www.lepiphyte.com
    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire,
    comme un reflet moiré, un trésoire.
    Aurore Lalo
    Un peu cachée de la vue du public qui entre dans le Générateur pendant la rencontre de la performance FRASQ 2016, je suis le public du public de performances en direct. Mon texte est écrit en direct, publié sur le site de Lepiphyte et projeté simultanément sur le mur dans le hall du Générateur. Le public peut commenter en direct depuis son ordinateur, ou entrer dans mon texte en étant public des performances, encore faut-il qu'il m'aie vue. 

    Deux expériences d'écriture-performance à lire en direct ici : Poésie de l'origine 1 pendant In Memoriam : 10 ans/10 heures – Thomas Schlesser / Performance / Vendredi 14 octobre 2016 > http://www.lepiphyte.com/poesie-de-lorigine-ce-qui-me-reste-du-14-octobre-2016/

    Et là : Poésie de l'origine 2 pendant L’Origine du Monde – Catherine Froment / Performance & Réel Machine – Nadia Vadori & Le Corps Collectif / Performance / Vendredi 21 octobre 2016 > http://www.lepiphyte.com/poesie-de-lorigine-ce-qui-me-reste-du-21-octobre-2016/

    femme traversée
    machine à transcrire les pensées
    d’où jaillit le souffle
    pour déborder vers quel trou
    la poésie est la voix donnée
    mais par qui
    le chant du chaos 
    qui s’entrechoque dans une tête
    peut-on sculpter un ébranlement
    que ferais-je sans mes mains 
    mon oeil
    la pensée est-elle fécondante
    et s’il n’y avait rien
    miroir sans tain
    la graphomanie qui se tait
    qu’est-ce qui restera
    la beauté du fugace
    à quel moment le public 
    du public devient privé
    la trace d’une frontière 
    entre l’intime et l’instant
    est-ce que tout corps 
    est une force agissante
    même en silence
    même mort
    et si l’ordi plante
    et si le public entre en contact avec moi
    sans ma trace existe-t’il
    suis je l’archéologue
    j’interviens deux fois
    Courbet toujours au centre des questionnements
    comme un nombril du monde
    de l’art en tout cas
    le public d’un homme
    le public d’une femme
    le quatorze
    et le vingt-et-un

    Poésie de l’origine, pré-texte, mercredi 12 octobre 2016, Aurore Laloy

    Crédit photo © Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2016 / Josselin Carré pour FRASQ 2016

    Suivez mes moirs aussi sur la zone d'autonomie virtuelle partagée qu'est www.lepiphyte.com
    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi,
    dedans ma mémoire, 
    comme un reflet moiré,
    un trésoire.

    Aurore Laloy
    Suite
  • Vues d'exposition, espace urbain

    Il y a 5 ans

    / Photographies / Solo

    • 1 - Opéra de Paris, Samson et Dalila, 2016, Programme, Orchestre
      Opéra de Paris, Samson et Dalila, 2016, Programme, Orchestre
    • 2 - Opéra de Paris, Samson et Dalila, 2016, Programme, Once I loved
      Opéra de Paris, Samson et Dalila, 2016, Programme, Once I loved
    • 3 - Exposition Wicked gravity, Fotografiska, Stockholm, 2014
      Exposition Wicked gravity, Fotografiska, Stockholm, 2014
    • + 2 media(s)
    Thème : Photographie
  • Vue d'exposition

    Il y a 5 ans

    / Photographies / Une fois et pas plus

    • 1 - Musée de La Roche-sur-Yon, 2007
      Musée de La Roche-sur-Yon, 2007
    • 2 - Opéra de Paris, Giselle, programme, 2016
      Opéra de Paris, Giselle, programme, 2016
    Thème : Photographie
  • Moir- Jésuve rêveur

    Il y a 4 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    Moir- Jésuve rêveur
    Ce - Moir - est ce qui me reste d'une invitation à lire de la poésie érotique au bord de la Loire dans la somptueuse demeure d'un psychanalyste lacanien ayant baptisé son sous-sol avec vue sur le fleuve au crépuscule Le Garage au rêveur. C'est ainsi que pour propager l'Eros au bord de l'onde dans la capitale des fous, nous avons marché pieds nus dans l'herbe, un brin dans les dents d'Olivier, un sourire aux lèvres de la belle Automne, quelques rifs à la guitare de David. C'était Jésuve.

    ✠ ✛ ✠ Jésuve ✠ ✛ ✠ 
    Incantations de textes érotiques sur musique post-rock et vidéos live, pour celles et ceux qui osent "jouer avec les filles, le soleil et la littérature" Jean-Jacques Pauvert
    - Aurore Laloy (voix)
    - Automne Lajeat (violoncelle)
    - David Haddad (guitare - machines)
    - Olivier Garouste (vidéos)

    - Victor Le Pape management +33 (0) 663 170 610
    jesuvejesuve@gmail.com 
    https://www.facebook.com/pages/JESUVE
    https://soundcloud.com/jesuve-jesuve

    Crédit photo : Nicolas Laurent pendant les balances de Jésuve au Garage au rêveur. Festival art et psychiatrie "Les rendez-fous" à Saint-mathurin sur Loire en juin 2015, sur l'invitation de Laurent Schuh et Litana Soledad de la compagnie Les Arts et mouvants.

    Je vous souhaite de beaux rêves érotiques à tous. 12 juillet 2015, AL

    Suivez mes moirs aussi sur la zone d'autonomie virtuelle partagée qu'est www.lepiphyte.com
    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire, 
    comme un reflet moiré, un trésoire. 
    Aurore Laloy
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

    • 1 - suite pigalle photo Heidi Ellisson
      suite pigalle photo Heidi Ellisson
    • 2 - vinyl NB
      vinyl NB
    Ce – Moir – est ce qui me reste d’un soir où nous visitâmes avec quelques amis anglais la suite de l’Hôtel Pigalle où trône Sylvia, mon premier vinyl de poésie post-rock, au milieu d’une collection de raretés dénichées par Victor Kiswell, le musicologue qui a équipé l’hôtel mythique de la rue Frochot. 

    Sylvia, édition unique et limitée fabriquée et numérotée main en hommage à Sylvia Lacan-Bataille, l’Origine du Monde, Terre Erotique, la forêt. Un extrait de la face B s’écoute en haut à droite.

    – Crédits du vinyl Sylvia –
    Aurore Laloy [texte / voix]
    David Haddad [compos / guitare / voix]
    Automne Lajeat [violoncelle]
    Mélissa Cox [violon]
    Vincent Hindson [saxophones]
    Jacques Tatou Navaux [batterie]

    Patrick Müller [mastering]
    Squeezer [pressage vinyl]
    Manna L’Anton [linogravure pochette]
    François Ramstein [production]
    Victor Le Pape [management] 
    >> Pour vous procurer un vinyl, ou faire jouer Sylvia en live chez vous contactez Victor Le Pape / management / +33 (0) 663 170 610 / urgencespoetiques@gmail.com. 

    Pour plus d'infos sur l'Hôtel Pigalle et sa collection de sons éclectiques : http://lepigalle.paris/collaboration-hotel-victor-kiswell-le-musicologue/ Bonne nuit, 16 Novembre 2015. AL

    Crédit photo © Heidi Ellison / Jérôme Nivet-Carzon

    Suivez mes moirs aussi sur la zone d'autonomie virtuelle partagée qu'est www.lepiphyte.com
    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire, 
    comme un reflet moiré, un trésoire. 
    Aurore Laloy
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

  • Moir - Partition d'Incendire

    Il y a 4 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    • 1 - incendire jugement
      incendire jugement
    • 2 - incendire1
      incendire1
    • 3 - incendire2
      incendire2
    • + 1 media(s)
    Ce – Moir – est ce qui me reste de la partition de notre duo Incendi(r)e avec Vincent Hindson au saxophone et moi à la voix.

    Cette performance questionne le langage en transmettant sans mots l’histoire de la condamnation d’Erostrate, anarchiste pyromane, qui pour faire connaître son nom mît le feu au temple d’Artémis à Ephèse, considéré comme la quatrième merveille du monde, et ayant rendu mondialement connu l’architecte qui l’avait construit. 

    Vous pouvez jouer cette performance chez vous si vous avez un saxophone ténor à la maison, à condition d’avoir un ou deux amis à qui bander les yeux pour leur faire vivre l’expérience sensorielle dans le noir. La partition pour saxophone ténor est à télécharger ici : Partition_Saxophone_Incendire_Vincent_Hindson

    Le déroulé de la performance s’articule selon ce plan : 
    Το συνέδριο χωρίζεται σε τέσσερα μέρη, διαρκεί περίπου
    40 λεπτά και να ακούσετε δεμένα τα μάτια :

    1- Ο Ναός της Αρτέμιδος στην Έφεσο
    2- Η επιθυμία για δόξα , αυτή η μεγάλη φλόγα
    3- Το έργο του Erostrate
    4- Damnatio memoriae

    Σας ευχαριστώ ευγενικά σας αφήσει με δεμένα μάτια, και
    να κρατήσει τις ερωτήσεις σας μέχρι το τέλος.

    « πάντα γάρ , φησί , τὸ πῦρ ἐπελθὸν κρινεῖ καὶ καταλήψεται . »
    Ηράκλειτος, Β66 θραύσμαΦωτιά, τι απομένει από Erostrate

    Απόδοση
    Φωνή : Aurore Laloy
    Σαξόφωνο : Vincent Hindson

    Pour écouter la réaction du public ayant vécu la performance :

    Bonne performance ! 12 avril 2014, AL

    > Crédit photo @ Service des Urgences Poétiques

    Suivez mes moirs aussi sur la zone d'autonomie virtuelle partagée qu'est www.lepiphyte.com
    Ca se prénomme – Moir –
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire, 
    comme un reflet moiré, un trésoire.
    Aurore Laloy.
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -