TOUS LES ARTICLES

    • 1 - ConFIncendire_CAC
      ConFIncendire_CAC
    • 2 - P1150008 - copie
      P1150008 - copie
    • 3 - P1150024 - copie
      P1150024 - copie
    • + 2 media(s)
    "Le feu survenant jugera et devorera toutes choses."
    Fragment B66, Héraclite

    Incendi(r)e, ce qui reste d'Erostrate
    Conférence-Performance à vivre les yeux bandés  
    Vincent Hindson au saxo feu follet et moi à la voix allumette

    Teaser

    La conférence s'articule en cinq parties :
    1/ Le temple d'Artémis à Ephèse
    2/ Le désir de gloire, ce grand brasier
    3/ L'œuvre d'Erostrate
    4/ Damnatio Memoriæ
    5/ Ce qui reste d'Erostrate

    Une proposition du Service des Urgences Poétiques présentée :
    Jeudi 18 décembre 2014 à La Traverse, Centre d'art contemporain d'Alfortville, www.cac-latraverse.com
    Autres versions d'Incendi(r)e présentées : 
    - Samedi 1er octobre 2016 - en guest pour la NUIT NOIRE de la NUIT BLANCHE avec le collectif de lutherie hybride TRUBLION http://trublion.org/medias/
    - Dimanche 13 mars 2016 - LIVE SESSION #10 / 18h - 5 euros / LE FLOT à Ivry-sur-Seine / leflot.fr
    LIVE SESSION #10 / LE FLOT
    Dimanche 13 Mars 2016 - 19h - 5 euros
    44, rue Jules Vanzuppe, 94200 Ivry-sur-Seine
    Réservation conseillée : leflot.asso@gmail.com
    leflot.fr
    - Samedi 18 octobre 2014 au Générateur, Centre d'art de Gentilly, dans le cadre de FRASQ#6, la rencontre de la performance 2014, www.frasq.com- Samedi 22 mars 2014 à Studio Campus, Paris 11ème, dans le cadre du week-end de soutien à Radio LibertaireLIVE SESSION #10 / LE FLOTDimanche 13 Mars 2016 - 19h - 5 euros44, rue Jules Vanzuppe, 94200 Ivry-sur-SeineRéservation conseillée : leflot.asso@gmail.comleflot.fr

    Visuel © Incendi(r)e, Service des Urgences Poétiques 2014
    Photo © Helena Gobin 2014
    Photo © Antartic Heritage Trust, the lost pictures, Alexander Stevens on the Aurora
    Suite
  • Moir - Nuit du Q

    Il y a 7 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    Moir - Nuit du Q
    - Moir - ou ce qui me reste de la Nuit du Q sur Radio Campus

    Est né le groupe JESUVE ☥ Eros Poetry ☥ Caresses expérimentales ☥ Electro Hypnose ☥ Impro Noise

    https://soundcloud.com/jesuve-jesuve

    ✬✧✼ JESUVE ✼✧✬
    Caresses expéri-mentales pour ceux qui osent porter leur sexe au front ☥ Aurore Laloy (texte/voix)
    ☥ Automne Lajeat(violoncelle)
    ☥ David Haddad (guitare et machines)

    Mont Jésuve !
    Connais-tu
    le secret
    des gisants
    qui sourient ?

    Mont Jésuve !
    Ont-ils pu
    pénétrer
    les entrailles
    de la Terre ?

    Aurore + Automne + David = Triangle sacré du pubis

    Allumez vos casques - radio,
    c'est l'heure d'Hôtel Paradoxe
    sur Radio Libertaire 89.4FM
    ce soir retransmission de ‪#‎Lanuitducul‬
    de Radio Campus Paris (93.9FM)Naissance du groupe JESUVE,
    lectures en musique de textes érotiques
    ☥ Aurore Laloy (voix)
    ☥ Automne Lajeat (violoncelle)
    ☥ David Haddad (guitare et machines) Merci à Felix et Mélanie de Radio Campus Paris, et au festival Longueur d'ondes à Brest

    En vous souhaitant une volcanique nuit à tou(te)s

    Baiser et bonne nuit l'internaute, longue vie à nos paradoxes ! Aurore

    Suivez mes moirs :
    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire,
    comme un reflet moiré, un trésoire.

    Aurore Laloy
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

  • Moir - Frank

    Il y a 7 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    • 1 - Frank 1
      Frank 1
    • 2 - Frank 4
      Frank 4
    • 3 - Frank 6
      Frank 6
    • + 2 media(s)
    - Moir - ou ce qui me reste de la grosse t
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

  • Peindre les mots avec la plasticienne Sofi Hémon et les vocaliser avec la poète- chanteuse Aurore Laloy. Comment mettre en espace et en corps le mot et initier de manière ludique les enfants à la poésie. De quoi ravir les enfants de CE1 qui apprennent à lire et à écrire par ce programme concocté avec les institutrices Marie-Alix De Finance et Elisabeth Lozato de l'école primaire de Joinville Le-Pont et Labelle Ecole, plateforme d'enseignement et d'expérimentation par l'art à Anis Gras, le lieu de l'autre à Arcueil.

    Vous écoutez les enfants de CE1 parler du rêve :
    > Réal.: Aurore Laloy / Montage son : François Ramstein / Service des Urgences Poétiques 2015

    D'autres photos de l'atelier ici : http://labelle-ecole.blogspot.fr/2015/01/poev-resie.html

    Crédit photo : Maroussa Leclercq de Labelle Ecole à Anis Gras, le lieu de l'autre à Arcueil / Sofi Hémon / Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2015

    Le Service des Urgences Poétiques invente sur mesure des ateliers d’écriture / théâtre / contes / chant / poésie sonore / transmission des cultures orales car "Qui regarde à l'extérieur rêve, qui regarde à l'intérieur se réveille." Carl Gustav Jung> Contact pro & renseignements : aurorelaloy (arobase) gmail.com
    Suite
  • "Les dernières taches de la nation tombaient
    sur une blouse blanche"
    Voyage au pays du sang,
    Idlir Azizaj
    Voyage au pays du sang
    Drame  poétique  avec Arben Bajraktaraj
    Aurore Laloy
    Constantin Leu
    Texte Idlir Azizaj
    Mise en scène Constantin Leu
    assisté par Aurore Laloy
    Une proposition du Service des Urgences Poétiques
    NOTE D'INTENTION
    " Voyage au pays du sang, c'est l'histoire de la chute de l’assassin dans l’œil de sa victime ." Idlir Azizaj
    PRESENTATION DU PROJET
    Voyage au pays du sang est un drame poétique d'Idlir Azizaj partant des onze articles de la loi du sang du Kanun.
    Partant de ce code coutumier régissant la pacification des familles par la dette du sang  et la vendetta dans les montagnes albanaises, l'auteur  s'éloigne de la représentation traditionnelle  et formatée de la loi canonique pour offrir une experience poétique du texte plutôt qu'une narration morale ou humaine. S'appuyant concretement sur le texte de loi qu'il incorpore à ses poèmes, la proposition strictement matérialiste de la loi par l'auteur permet une envolée poétique saisissante.
    "Je ne parle pas de la victime, je ne parle pas de l'assassin, ils font partie du paysage, je parle de l'éclat des objets qui sortent du texte. Sur scène, il n'y a pas de personnages dramatiques, il y a pour moi un verbe, un chant et un régulateur." Idlir Azizaj
    Puis le texte et la vision décalée de l'auteur rencontrant le vivant s'incarne sur scène par un projet de théâtre mêlé à de la performance  et une mise en scène peuplée d'objets. Ainsi l'assassin et la victime ne sont pas des personnages dramatiques et l'interaction entre le texte, l'acteur, la vocalité et le performeur, de gestes et d'objets, fait de ce projet un acte proteiforme.
    Sur scène, le verbe est incarné comme le sang se transforme dans le mot, comme une fileuse tisse une toile d'araignée et chante les mémoires qui ne se transmettent plus qu'à l'oral, tandis qu'un personnage muet joue le rôle du régulateur.
    "La maison du mort, la justice, l'assassin."
    Voyage au pays du sang,
    Idlir Azizaj
    DISTRIBUTION
    Voyage au pays du sang
    Texte : idlir Azizaj
    Mise en scène : Constantin Leu assisté par Aurore Laloy
    L'assassin et la victime : Arben Bajraktaraj
    La fileuse : Aurore Laloy
    Le régulateur : Constantin Leu
    Production : Le service des Urgences Poétiques
    Partenaire : Anis Gras, le lieu de l'autre à Arcueil
    Partenaire média : Hôtel Paradoxe
    "Le premier coup de fusil fut le mot"
    Voyage au pays du sang, Idlir Azizaj
    Le Voyage au pays du sang du poète albanais Idlir Azizaj est une traversée poétique des onze articles de la loi du sang du Kanun, code coutumier régissant la pacification des familles par la dette du sang et la vendetta dans les montagnes albanaises. L'auteur propose une envolée saisissante s'éloignant de la représentation traditionnelle et formatée de cette loi coutumière pour offrir une expérience poétique du texte plutôt qu'une narration morale ou humaine. Puis le texte et la vision décalée de l'auteur rencontrant le vivant s'incarnent sur scène par un projet de théâtre mêlé à de la performance et une scénographie peuplée d'objets. "Je ne parle pas de la victime, je ne parle pas de l'assassin, ils font partie du paysage, je parle de l'éclat des objets qui sortent du texte. Sur scène, il n'y a pas de personnages dramatiques, il y a pour moi un verbe, un chant et un régulateur." Idlir Azizaj

    Dans la beauté hostile des montagnes balkaniques, j’incarne la fileuse du Voyage au pays du sang, qui chante les mémoires ne se transmettant plus qu’à l’oral et joue de l’instrument de la Justice. Unique présence féminine se dupliquant pour incarner toutes les femmes, mères, filles, soeurs, pleureuses qui apportent de manière discrète nourriture et réconfort aux cloîtrés ne pouvant plus sortir des tours pour cause de dette de sang. Mon instrument, tricorde conçu et construit pour l’occasion par le luthier Glenn Marzin, est un hybride entre le kemenche, la basse électrique et le violoncelle dont les cordes peuvent être pincées, frappées ou frottées avec un archet. Chaque corde de cet instrument insolite symbolise une des énergies fondamentales de la grande balance entre la vie et la mort : à droite une vie prise, à gauche une vie rendue, et au milieu le point d’équilibre.
    Face à moi, au texte, le ténébreux Arben Bajraktaraj (l’assassin et la victime), et à la mise en scène évoluant sans cesse par les mains agiles et la présence magique du performeur de geste et d’objets Constantin Leu (le régulateur).

    Distribution :
    Voyage au pays du sang
    Texte : Idlir Azizaj
    L'assassin et la victime : Arben BajraktarajLa fileuse : Aurore Laloy & l'instrument de la justice conçu par Glenn MarzinLe régulateur : Constantin Leu
    Mise en scène : Constantin Leu (assisté d'Aurore Laloy)
    Une proposition du Service des Urgences Poétiques

    La première représentation du Voyage au pays de sang a eu lieu en Mars 2016 à la Maison d'Europe et d'Orient dans le cadre du festival de poésie "Le cercle d'Ottokar#1", en partenariat avec l’Ambassade d’Albanie, Le Printemps des Poètes, Anis Gras - le lieu de l'autre à Arcueil, Le Générateur à Gentilly. Merci à eux.

    Pour en savoir plus :
    >>> www.sildav.org/voyage-au-pays-du-sang
    >>> www.printempsdespoetes.com/voyage-au-pays-du-sang
    >>> http://association-albania.com/Paris/voyage-au-pays-du-sang

    © Photos François Ramstein / Service des Urgences Poétiques 2016
    Suite
  • Moir - Au ballet de La Clef

    Il y a 8 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    • 1 - P1060817-net
      P1060817-net
    • 2 - P1060842-net
      P1060842-net
    • 3 - P1060951-net
      P1060951-net
    • + 3 media(s)
    - Moir - ou ce qui me reste du concert de CongopunQ pour les dix ans du label Underdog à La Clef de Saint-Germain-en-Laye un soir de vendredi 7 novembre 2014

    Cyril Atef, batteur aux pieds nus tire la chevillette manquante en faisant danser les larsens au rythme de ses doigts et de sa sanza qu'il manie comme une baguette de sorcier sorti du dessin animé Fantasia.

    Docteur Kong, chapelier fou qui fait cherrer la bobinette des foules au bal des clefs secrètes reçues en songe et ouvrant toutes les portes de la transe hypnotique.

    Ainsi, deux bouts de plastique deviennent cage aux freaks, et les jeunes femmes transformées en lionnes rugissantes se ruent sur scène en oubliant leurs règles pour passer sous les doigts doux du magicien fou.

    Puis la cage change Debord et met en abyme la société du spectacle et le monde de la nuit en revisitant par la même occasion Blow up d'Antonioni, et tous les contes de clefs-fées de barbe bleue au petit chaperon rouge. 

    L'ultime transfiguration de la cage en salle obscure fait cherrer la chute et la bataille sur une Histoire de l'oeil version post - dadafluxuspunk.

    J'avais pourtant laissé mon grand vizir à la maison mais après La Clef, vous l'aurez compris, j'ai été complètement ensorcelée par ce duo vaudou punk déjanté, dont le disque No guns more drums vient de sortir : ruez-vous !

    http://underdogrecords.bandcamp.com/album/no-guns-more-drums

    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire,
    comme un reflet moiré, un trésoire.
    Aurore Laloy

    Photo © Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2014
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

  • Démarche de mes - Moirs -

    Il y a 7 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    • 1 - moir demarche double
      moir demarche double
    • 2 - moirs aurore - copie1
      moirs aurore - copie1
    • 3 - moirs aurore - copie2
      moirs aurore - copie2
    • + 4 media(s)
    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire,
    comme un reflet moiré, un trésoire.
    Aurore Laloy 

    - Démarche -
    Que reste t'il d'une expérience, d'une performance, d'un film, d'une trajectoire, d'une berceuse, d'une nuit dans une chambre d'hôtel, d'un bruissement d'aile, d'un désir de révolte, de la découverte d'un paradoxe, d'un rêve ? 

    - Moir - est un projet d'écriture recueillant les traces, restituant les persistances, interrogeant ce qui reste, le gisant en soi. Ni tout à fait un blog, ni tout à fait un journal d'après bordel, - Moir - serait plutôt la rencontre fortuite sur une plage après la marée, d'une nacre de ma mémoire.

    Né pour être hébergé par la zone d'autonomie virtuelle partagée www.lepiphyte.com*, il se déploye aujourd'hui sur mon fourre - tout et porte - feuille virtuel qu'est mon site www.horslaloy.net.

    * « Les épiphytes, du grec «à la surface d'un végétal». Le blog, tubercule du site http://www.loligo.tm.fr/ initié par Sofi Hémon est une tentative de mettre à disposition un espace poétique à partager virtuellement, à explorer solitairement. Lépiphyte ne remplace rien Lépiphyte n’a pas de soucis de classification. A chacun d’inventer le monde»
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

    • 1 - Helleu bateau
      Helleu bateau
    • 2 - 0610-Revue Clartés - Helleu
      0610-Revue Clartés - Helleu
    "Au 55 de l'avenue Bugeaud,
    Le gracieux Helleu
    peint d'une couleur inconnue
    entre le délice et le bleu"
    Stéphane Mallarmé, Vers de circonstances

    Un article publié dans la revue Clartés sur le peintre Paul-César Helleu
    Pour en savoir plus sur l'oeuvre d'une grande sensualité de ce peintre impressionniste né près de Vannes en Bretagne : www.helleu.org

    Visuel © Revue Clartés
    Visuel © Les Amis de Peul-César Helleu
    Suite
  • Moir - Monnaie de singe

    Il y a 7 ans

    / DISCOBIBLIO / moirs

    • 1 - P1050785
      P1050785
    • 2 - P1050752
      P1050752
    • 3 - P1050740
      P1050740
    • + 5 media(s)
    - Moir - ou ce qui me reste de : Monnaie de singe, le duo du contrebassiste-chanteur-barisseur Fantazio et du percussionniste-circassien Benjamin Colin invités à jouer dans un décor digne des tableaux des plus grands maîtres italien, dans l'atelier de la sculptrice Fanny Ferré, un des plus beaux lieux de toute la Normandie, à part peut-être La Source à La Guéroulde.

    Une soirée inoubliable d'avril 2014, organisée par Marie de l'association La Classe 

    Ca se prénomme - Moir -
    Ca gît en moi, dedans ma mémoire,
    comme un reflet moiré, un trésoire.
    Aurore Laloy


    Photo © Aurore Laloy / Service des Urgences Poétiques 2014
    Suite

    Ca se prénomme - Moir -

  • Tabou

    Il y a 7 ans

    / BLOG JOURNAL VOYAGES MOIRS EXORCILS ET POEMSONGS PORTRAITS HORSLADORS / poèmsongs

    Tais-moi
    Ton tabou
    Tais-le
    Ne me dis rien
    Tais-le
    Ton secret
    Tais-toi
    Ne me le dis pas

    Sur ta peau
    Laisse-moi imaginer une autre langue
    inventer une histoire du bout de mes doigts

    Sur moi pose
    Ton chagrin enfoui sous tes lèvres closes
    Tes pensées douces glissant le long de tes joues

    Dans mes bras
    Oublie tous tes tracas et sois tranquille
    Si tu ne me dis rien je ne te jugerai pas
    Chut chut

    Tais-toi
    Mon tabou
    Tais-le
    Ne lui dis pas

    Chanson écrite à Yport en Normandie pour Automne Lajeat, 30 Août 2013, Aurore Laloy
    Suite