TOUS LES ARTICLES

  • "Quelque part en Méditerranée" prochainement sur Toute l'Histoire
    Fondée par Abie Nathan, la radio libre « Kol Ashalom » (La Voix de la paix) émit presque continuellement pendant 20 ans, de 1973 à 1993, depuis un bateau cargo ancré à quelques kilomètres de Tel Aviv, dans les eaux internationales, diffusant à travers ses ondes, ses messages de paix à destination des nations du Proche Orient et sa musique mixée par les meilleurs Dj’s anglais.
    Pendant plus de 50 ans, Abie Nathan a consacré sa vie à la paix au Proche Orient. Bien avant l’heure et à des années de « l’ère internet » et de ses applications dans les mouvements de révolte et dans les sphères du contre pouvoir, il avait saisi l’importance de la technologie et des médias de masse dans la diffusion de son message et dans la réalisation de ses objectifs. En médiatisant chacune de ses actions militantes, nous nous retrouvons avec une quantité extraordinaire d’enregistrements audios et vidéos inédits qu’Abie Nathan a réalisés ou autorisés dans le seul but de mobiliser les populations juives et arabes à la préparation de la paix.
    S’intéresser à l’action d’Abie Nathan, c’est mettre en parallèle la mobilisation passée et présente en faveur de la paix à travers le prisme des médias. C’est revivre les moments forts du conflit israélo-arabe à travers le mouvement pacifiste. C’est enfin s’interroger sur l’héritage et l’influence de ce mouvement aujourd’hui.Fondée par Abie Nathan, la radio libre « Kol Ashalom » (La Voix de la paix) émit presque continuellement pendant 20 ans, de 1973 à 1993, depuis un bateau cargo ancré à quelques kilomètres de Tel Aviv, dans les eaux internationales, diffusant à travers ses ondes, ses messages de paix à destination des nations du Proche Orient et sa musique mixée par les meilleurs Dj’s anglais.
    Pendant plus de 50 ans, Abie Nathan a consacré sa vie à la paix au Proche Orient. Bien avant l’heure et à des années de « l’ère internet » et de ses applications dans les mouvements de révolte et dans les sphères du contre pouvoir, il avait saisi l’importance de la technologie et des médias de masse dans la diffusion de son message et dans la réalisation de ses objectifs. En médiatisant chacune de ses actions militantes, nous nous retrouvons avec une quantité extraordinaire d’enregistrements audios et vidéos inédits qu’Abie Nathan a réalisés ou autorisés dans le seul but de mobiliser les populations juives et arabes à la préparation de la paix.
    S’intéresser à l’action d’Abie Nathan, c’est mettre en parallèle la mobilisation passée et présente en faveur de la paix à travers le prisme des médias. C’est revivre les moments forts du conflit israélo-arabe à travers le mouvement pacifiste. C’est enfin s’interroger sur l’héritage et l’influence de ce mouvement aujourd’hui.
    Suite
  • Canal+ Afrique

    Il y a 8 ans

    / Réalisation

    Bande annonce Canal+ Afrique

  • Cuisine +

    Il y a 8 ans

    / Réalisation

    Bande Annonce Cuisine+

  • Et si c'était du cinéma

    Il y a 8 ans

    / Réalisation

    Teaser Ciné+
    soirée spéciale FIN DU MONDE
    diffusion MK2

  • Clotaire

    Il y a 8 ans

    / Réalisation

    Mise en scène en stop motion des chaussures Clotaire.

  • Extrait-Site

    Il y a 8 ans

    / Expositions et résidences / L'établissement scolaire, un écho du monde ?

    Thèmes : Arts plastiques, Vidéo
  • Parcours


    " Élise Leclercq travaille aux confins de l’art vidéo, de l’installation et de protocoles qui redéfinissent radicalement les pratiques documentaires. Mais elle est avant tout une artiste de « terrain », guidée par la double perspective des poétiques et des politiques de l’enquête.

    Tel un écho de Maya Deren qui alliait observation ethnographique et expérimentation cinématographique, elle n’approche pas le monde social et ses acteurs pour en extraire un savoir objectif. Elle ressuscite les voix étouffées, réanime les gestes épuisés, reconnecte les espaces en ruines. Lorsque, par exemple, elle nous entraîne à travers les friches du monde ouvrier laissées à l’abandon, la simple « observation participante » se change en voyage mental à travers les « micro-fictions » que ce monde recèle.

    Les habitants des lieux collaborant avec l’artiste ne sont jamais strictement pris à témoin mais investissent – à la frontière de la rationalité documentaire et de la performance improvisée – une zone de contact intersubjective : entre passé et futur, mémoire et projection, description et reconstitution. En se laissant traverser par les regards et les réactions extérieurs, Élise Leclercq parvient à générer des déplacements fantasmatiques d’un point à l’autre de la relation entre « observateur » et « observés ».
    "

    Extrait d'un texte écrit par Morad Montazami, historien de l’art paru dans le catalogue
    de l’exposition « Futur antérieur », Galerie du Jour agnès b., Paris 2012

    Élise Leclercq est née en 1980 à Paris, où elle vit et travaille actuellement.

    Après un premier diplôme en scénographie à L'ENSAV - La Cambre à Bruxelles, elle réoriente ses recherches au sein de l'atelier d'Espace Urbain de la même école, puis à l'école des Beaux-arts de Weissensee à Berlin. Elle revient ensuite à Paris, où elle poursuit un Master d'anthropologie visuelle et d'histoire de l'art à l'École des hautes études en sciences sociales.

    Ses oeuvres s'élaborent le plus souvent à partir d'observations de terrain, d'enquêtes ou d'autres protocoles d'expérience. Elles explorent un milieu social mais surtout les représentations collectives et intimes qui en découlent. Dans ce cadre d'action sur le réel, la dimension du témoignage et des sources orales côtoie celle des images mentales et des gestes quotidiens, le document et l'archive s'ouvrent à la mise en scène et aux récits fictionnels.

    Son travail suit un principe d'ancrage dans le regard même des habitants sur leur lieu de vie. Elle questionne ainsi les frontières géographiques et historiques de ces lieux, pour envisager les déplacements de ce regard. La position de l'artiste se trouve d'elle-même redéfinie à mesure que les participants à chaque projet deviennent par ailleurs ses acteurs principaux.

    Photographie : Margaret Dearing ©
    Suite
    Thèmes : Arts plastiques, Vidéo
  • Yves-Minguy

    Il y a 8 ans

    / Autres réalisations / VIDÉOS / HORS DE L'EAU

    Thèmes : Arts plastiques, Vidéo
  • Hors de l'eau

    Il y a 8 ans

    / Autres réalisations / VIDÉOS / HORS DE L'EAU / Présentation

    Hors de l'eau
    Avec la participation d'Yves Minguy

    Production : Un monde meilleur, Médiapart
    Réalisation : Élise Leclercq
    Année : 2010-2011

    Ce projet a obtenu l'aide au développement des projets Nouveaux Médias du CNC

    En 2010, la société de production Un monde meilleur rencontre Élise Leclercq et lui propose de réaliser une série de vidéos pour le web, directement inspirées de son travail artistique, en écho avec l’actualité culturelle et politique d'un grand média durant une année, sur un rythme bi-mensuel. Au cours de cette collaboration, qu'Élise Leclercq a souhaité mettre en place avec Médiapart, il devait être proposé à des personnes du monde culturel et militant ayant une actualité dans le journal, de réaliser une "micro-fiction" filmée, prenant la forme d'une auto-mise en scène sans parole, tournée en plan-séquence. Chaque personne devait être filmée dans l’espace public de son choix, faisant partie de son environnement quotidien, privé ou professionnel.

    En participant à la réalisation de ces vidéos, les personnes ouvraient chacune une fenêtre critique silencieuse mettant en jeu leurs propres activités, leur environnement quotidien, offrant un éclairage artistique jusqu’ici inconnu dans la grande presse quotidienne.

    C'est dans ce cadre qu'Élise leclercq a rencontré Yves minguy, employé chez France Télécom et actuellement en arrêt maladie longue durée, ayant subi de plein fouet les remaniements internes de l’entreprise dans le cadre du plan Next qui a entraîné 22 000 suppressions de postes. Suite à une dépression qu'il a réussit à dépasser, il a décidé de créer l’association " Les blessés de Next " pour venir en aide aux familles des victimes et donner une visibilité aux personnes directement touchées par le management de l’entreprise.

    Autre facette d’Yves Minguy, il est depuis peu le nouveau président de l’association " Le Marais Nostrum ", située dans la Somme, qui gère un magnifique marais de pêche. C’est à cet endroit précis qu’il a souhaité être filmé dans le cadre de ce projet, tout en faisant allusion à son parcours professionnel chez France Télécom.


    > Les blessés de Next

    > Médiapart

    > Un monde meilleur Production
    Suite
    Thèmes : Arts plastiques, Vidéo
  • 12fps

    12fps

    Vidéastes

    www.12fps.net

    Life Cycle

    Il y a 8 ans

    / 3

    Thème : Vidéo