TOUS LES ARTICLES

  • LA VIE SUR 5

    Il y a 6 ans

    / Créations

    LA VIE SUR 5
    Noter tout sur 5 avec des stickers réels et/où virtuels
    Suite

    Commande pour Chronic'art

    Site réalisé avec l'aide de META
    La page facebook

    • 1 - 4ème de couv
      4ème de couv
    • 2 - TGV
      TGV
    « Parfois, il y a un type… Parfois, il y a un type… Je dirais pas un héros, parce que c’est quoi, un héros ? Mais parfois, il y a un type. Et là, je parle du Dude. Parfois, il y a un type qui représente parfaitement un lieu et une époque. Il est dans son élément. Et ça, c’est le Dude, à Los Angeles. Et peu importe qu’il soit feignant – et le Dude l’était, ça c’est sûr, peut-être même le plus gros branleur de tout le comté de Los Angeles, ce qui le met en bonne place pour concourir au titre de plus gros branleur du monde entier. Ce que je veux dire c’est que parfois, il y a un type. Parfois il y a un type… » The Big Lebowski, Joel et Ethan Coen, 1998.
    Suite

    Et si ce type, il vivait aussi à Paris, à la charnière boiteuse de nos années 2000 et 2010, cette époque qu’il surnomme « 2000 WTF » ? Thierry Théolier, figure incontournable de la nuit parisienne pour avoir créé et animé pendant des années le Syndicat du Hype, n’est plus le « crevard » du détournement qu’il était. Jadis « casseur2hype » et bouffeur sociopathe à tous les râteliers, il vit désormais dans son antre, dans une forme de retraite débarrassée du superflu. Ce manifeste, dans lequel vous trouverez également des poèmes et un long entretien, raconte son histoire et les préceptes existentiels avec lesquels il tente de vivre au quotidien.

    Lien du site

  • LE SYNDICAT DU HYPE (SDH)

    En juillet 2002, je crée un réseau social « 1.9»  à base de mailing listes, de blogs collectifs pour échanger des informations corporate sur les évènements de la hype. Le succès est foudroyant. de 5 membres, le SDH passe de semaines en semaines à un nombre exponentiel et la presse s'empare du phénomène SDH.
    Suite

    Le Syndicat Du Hype (SDH) est un réseau "4$$-social" fondé et  animé par Thierry Théolier (ThTh), écrivain-spammeur ("Crevard [baise-sollers] Caméras Animales 2005) et poète sonore ("2000 What The fuck" acte 1 et 2 ). Crée initialement en 2002 sur yahoogroups et blogger.com pour partager des informations corporate de la hype "parisienne2merde" (lieux et heures des events privés avec le n° de tél-mails des RP's) aux fins de squatter et de vider les "open bars" (OB) et de "casser d'la hype" tout en profitant comme des "gros enculés". La méthode se résume  à "cracher dans la soupe, la boire et la revomir show". Parallèlement, le SDH défend également l'Avant-Garde a.k.a La Modernité et les Mutants de l'Art Sauvage et les artisans du D.I.Y.  Le SDH est pourvu d'une newsletter et d'un réseau social 2.0 avec près de 5000 abonnés. TH organise des soirées "SDH-chiennes" (squats et clubs) pour financer sa poésie pirate (spam_poetry) et vivre de son Dudisme. Il a sorti dernièrement Le Dude Manifesto. Le SDH est un Grand Écart Permanent entre la hype et l'underground pour les pires (suckers) et le meilleur : Le Dude en toi.

    RAPPEL Je devrais établir une liste des hypeux wannabees qui ont voulu enterrer le SDH alors qu'il est ressorti de terre plusieurs fois, il est MORT-VIVANT c'est hype les cadavres qui marchent nan ? J'anime encore et encore et toujours le SDH... Ce n'est pas parce que je ne suis plus "destroy" ou "nihiliste" que mes messages en ce moment "dudesques" ne passent pas, bien au contraire : ils spamment toujours et toujours les tuyaux des réseaux comme facebook, yahoo, twitter et ning et bien ailleurs également  comme dans les réseaux de la culture2merde et de la  hype culturelle2daube ! C'est dans le temps, que la praxis de la pensée critique (new! oxymore punk philo) s'enfonce dans les rétines et s'inscrit dans l'esprit. L'heure n'est plus à se bourrer la gueule pour le SDH mais à être et à vivre comme des dudes. Evidemment, ça fait moins d'abonnés présents. Show me your dudisme frenchy suckers!

    • 1 - jokari
      jokari
    • 2 - thth_jokari
      thth_jokari
    • 3 - xerak
      xerak
    • + 6 media(s)
    Depuis ma tendre enfance et comme beaucoup de personnes de mon âge (je suis né en 68), j'ai joué à ce drôle de sport qui vient du pays basque : Le jokari. Est-ce vraiment un sport du reste ? Ou une pratique dudesque, ludique - complétement surrannée - qui peut se jouer en solitaire mais aussi à deux, avec un bon pote (voir un voisin de quai, parfois les deux...) et si par hasard, vous avez avec vous, un autre jeu de raquettes et son plot en bois, vous pouvez ouvrir un mini-club éphèmère où seul le plaisir, la convivialité, la « transmission » du geste sont de mise. J'ai crée avec Xavier Guiter aka Président Xerak ce club mais on est des gros faiénants pour que ça prenne de l'ampleur, les dudes n'aiment pas se faire trop... chier.
    Suite

    Pour les règles du jokari façon 19ème, c'est facile ! comme au ping-pong : en 11 points ou 21 points. Service en 2 ou en 5. Seul impératif : la balle doit rebondir une seule fois en dépassant la ligne imaginaire qui démarque l'emplacement du plot en bois. Vous pouvez tracer cette limite avec une craie sur le béton ou tendre un fil mais c'est un peu trop galère pour des dudes. Il est cool de créer son propre langage de jeu avec des coups comme le « Tsunami » (la balle dépasse complétement le joueur en hauteur et le submerge avec le fil ça fait une énorme vague) et ne pas hésiter à mettre une boom-box qui passe de la musique pendant la partie. Inviter des copains et copines en pique-nique après les parties. Bref le jokari est une mine de joie simple entre dudes. 

    Voir les vidéos :

    JOKARI A PANTIN // JOKARI CLUB #01

    La page facebook

    Ecouter « Jokari Players » avec XERAK le bon pote & voisin de quai (de La Loire - PARIS 19ème)

  • VENDREDI-DUDE AVEC THIERRY THÉOLIER & DENISE LABOUCHE

    Salutations générales ! Alors que beaucoup s'empressent déjà de dépenser le peu de sous qu'ils ont dans les librairies pour faire comme si la rentrée littéraire était l'évènement le plus cool du moment, Denise Labouche Editions et Thierry Théolier vous convient non pas à un, mais à deux événements « dudesques » afin de célébrer la réédition du Dude Manifesto, sorti en juin dernier. La partie de franche « duderie » commencera à 13 h à la Brasserie du Parc (38, rue du Maroc) dans le 19ème arrondissement de Paris (métro Stalingrad). On y mangera, en compagnie de l'auteur et de sa bande de dudes, un excellent couscous fait maison. Si certains pourront s'adonner aux joies multiples des dominos, d'autres auront le plaisir d'enchaîner quelques bons shots de calva, avec courage et robustesse. La fête se délocalisera ensuite dans la salle d’exposition du POINT ÉPHÉMÈRE, qui nous accueillera pour une séance de dédicaces au long cours, entre 15 h et 19h. Celle-ci sera évidemment ponctuée de parties de ping-pong à l'occasion desquelles Thierry Théolier se fera une joie de « spinner » la balle avec vous. Pour rappel ou pour info, le Dude Manifesto -- dans lequel vous pourrez découvrir des textes sur le "dudisme", des poèmes et un long entretien -- raconte les préceptes existentiels avec lesquels l'auteur tente désormais de vivre au quotidien. Chères lectrices, chers lecteurs, chères et chers ami(e)s, on vous espère nombreux ! Dudes de tous les arrondissements de Paris, unissons-nous !
    Suite
  • Publication du « 2000 What The fuck - 2ème acte » sur la revue lorem_ipsum

    « lorem_ipsum est une revue d’art pluridisciplinaire qui donne la part belle à l'expérimentation et surtout à la liberté de style, de ton, de sens, de forme(s) dans un domaine et un milieu que je nomme depuis longtemps "Le Comité" et je veux désigner les têtes de réseau(x) qui tiennent les territoires hyperbalisés de « la poésie sonore » ou même de la variété française ou des musiques électroniques. Il s'y mortifie le même combat : uniformisation de la langue - jusqu'à sa disparition ou une possession systématique par le deuxième degré - rationalisation de sa pratique et institutionnalisation de ses représentations. Les cadors devraient ouvrir les vannes de leur ghetto - encore un cercle de pouvoir avec les effets de consanguinité et de stérilisation - et c'est précisément, ce qu'opère la revue lorem_ipsum, l'ouverture. Et dans sa pratique numérique, et dans son travail de réseau, de captation et de publication permanente : l'ouverture des flux où passent les altérités mutantes ou même conservatrices de la parole, écrite, orale, parlée, scandée, numérisée, in ou out. Je ne vais pas écrire une thèse, ni un article, juste leur dire du haut de mon 9ème étage : Bravo les dudes ! Et en plus, ils veulent rester anonymes... " THTH

    Visiter la page
    Suite
  • Parution du texte sur « 2000 What the Fuck » par Louis-Stéphane Ulysse dans LE BONBON NUIT

    « L’écrivain Louis-Stéphane Ulysse (Médium les jours de pluie/Serpents à Plume) nous gratifie d’un texte très à propos sur le deuxième volet sonore de 2000 What The Fuck, objet foutraque et poétique sorti tout droit de la cervelle de l’inénarrable Thierry Théolier (fondateur du syndicat du Hype et récent auteur du Dude Manifesto aux Éditions Denise Labouche).»
    Lire le texte.

    Lire l'annonce sur le blog du SDH...
    Suite
  • L’oisiveté (avec Thierry Théolier)

    Le dixième numéro de Denise Labouche Émission porte sur le thème de l’oisiveté et reçoit le poète-performer Thierry Théolier, qui vient nous parler de sa conversion au « dudisme » en milieu urbain et de sa relation à la décroissance, à l’hédonisme et au convivialisme — trois courants revendiquant le « pas-de-côté » dans notre société polyvalente, productiviste et hyper-connectée. L’émission est aussi l’occasion d’approcher les théories politiques et sociologiques de l’oisiveté ainsi que ses visages cinématographiques et littéraires. Du sociologue Bernard Friot à Alexandre le bienheureux, en passant par le personnage d’Antoine Doinel ou encore la pièce de théâtre Léonce et Léna, nous n’avons pas manqué, une fois encore, de nous attaquer à bien plus forts que nous.

    Ecouter l'émission
    Suite
  • Chaque vendredi, depuis un an et toutes les semaines - Qu'il vente ou qu'il loose - des « mecs » - sous l'initiative de ThTh, se retrouvent en vrai ; I.R.L pour partager un moment ensemble comme si cela était vital, primordial, plus important que TOUT. Surtout le travail en open-space ou le speed de la fuite en avant.
    Suite

    Ce rite vendredimadaire comme dit Ranx Erox, un des fervents participants, commence par un couscous à la Brasserie du Parc (38, rue du Maroc - 75019 Paris) arrosé de rosé avec comme unique dessert, un calva-dominos ambiancé par de la musique sur enceinte portative qui rythme également la marche des croyants de la rue d'Aubervilliers, ceux qui reviennent de la Mosquée (...). Parfois, un dude tente une danse de la semoule parmi le flux des tapis de la prière. Ensuite, parties de ping-pong au Point Ephémère (200, quai de Valmy - 75019 Paris) le vendredi des dudes peut se prolonger parfois ailleurs, pour un « apérude » (comprendre apéro rude). Tout le monde peut venir vivre cette expérience ordinaire. Il suffit de vous présenter au zinc du bar et voir arriver les dudes vers 13 h... Tous les vendredis.

  • Soirée dédicaces DLEditions / Dude Manifesto
    Ok
    « L'équipe de Denise Labouche Editions est très fière de vous annoncer l'ajout d'un nouveau livre à son catalogue, avec la sortie du "Dude Manifesto" de Thierry Théolier. Pamphlet poético-punk, manuel décalé ou précis de survie en période de crise, le "Dude Manifesto" est aussi le témoignage d'un artiste cabossé, figure de la nuit parisienne et animateur du Syndicat Du Hype. Ce livre, dans lequel l'auteur expose ses principes de vie - quelque part entre "The Big Lebowski", la décroissance et le jokari -, contient également des poèmes "dudesques" et un long entretien. Avis à tous ceux et celles qui rêvent ou ont un jour rêvé de devenir des "dudes" : l'avenir vous appartient. Pour fêter dignement l'arrivée de ce livre capital pour la survie de l'espèce humaine, venez nombreux et nombreuses le vendredi 12 juin, chez Eva Pritsky, en compagnie de l'auteur et du Collectif Denise Labouche, pour siroter quelques bières et autres White Russians. »
    Suite