Il y a quelque chose d’organique dans le rapport entre lieu de vie et famille. Il y a souvent à Ehden le cas d’un lot qui appartenait à un grand-père qui a eu des enfants qui vivent sur le même lot et eux aussi ont eu des enfants qui restent sur le même lot. Moi je suis dans ce cas : mon père a construit une grande maison avec 8 chambres à coucher et nous sommes 4 enfants, alors maintenant que nous sommes tous mariés, chaque famille a une ou deux chambres dans la maison. Suivant la saison, on change de vie sociale : en hiver, tout le monde est seul et l’été tout le monde se réunit. On n’a pas la même vie à Zgharta et Ehden. C’est un mode de vie normal pour nous, on ne peut pas imaginer rester au même endroit toute l’année. Depuis 5 ou 6 ans, il y a des gens qui restent à Zgharta par manque d’argent. Le niveau de vie commence à baisser beaucoup au Liban. Cette année, j’ai été surpris de voir autant de monde à Zgharta après 17 heures.

De Ehden à Zgharta

Il y a 3 ans

/ Photographies

META - De Ehden à Zgharta - HSOICHET-DEEHEDENAZGHARTA-17